Poésie et symptômes hivernaux

Hier au soir au Patadôme d'Irigny (69) pour la soirée organisée par nos Amis de l'Advertance Chantal RAVEL, Georges CHICH et Michel BRET. Deux invité.e.s : la poète Nantaise Cécile GUIVARCH créatrice du Site Terre à Ciel et l'écrivain - poète  Grenoblois Jean-Pierre CHAMBON. Deux voix singulières qui m'ont embarquée sans difficulté dans leur arrière-pays d'écriture. Découverte à prolonger dans des lectures silencieuses sous la lampe. En discutant avec eux après leur prestation, il n'a pas été étonnant de se voir évoquer des auteurs partagés par la fréquentation des réseaux poétiques contemporains.Les poètes même éloignés géographiquement se connaissent désormais, au moins de nom grâce aux réseaux d'internet. C'est un avantage qui a aussi ses bémols, il est impossible de tout explorer de leurs oeuvres et c'est un peu frustrant. Je vais relire  en priorité le texte  de Cécile qu'elle nous a fait entendre, c'est Sans Abuelo Petite édité chez notre cher Jean-Louis MASSOT aux Editions Les Carnets du Dessert de Lune en 2017 , et Le territoire aveugle, poèmes de Jean-Pierre CHAMBON édités chez Gallimard en 1990.

Ce matin, au réveil, mal de gorge à nouveau. Je ne parviens pas à me débarrasser des miasmes hivernaux. Je me suis abstenue d'embrasser les ami.e.s  pour les retrouvailles hier au soir, et je ne suis guère récompensée. Mais les petites toux semblaient encore bien présentes avec l'illusion que les microbes invisibles avaient renoncé à sauter comme des puces de mains en mains et de visages à visages. Les solutions hydroalcooliques en poésie ne sont pas brandies spontanément, faut-il s'en inquiéter ? J'attends le Printemps et le retour du soleil. En attendant je me soigne ...

Je ne devrais pas ici, tomber dans l'écriture anecdotique, mais je n'échappe pas à l'impact des situations vécues sur le flux de ma réflexion. Je vais aller chercher un poème pour débuter ma journée, mais lequel ? Tiens ! Au hasard ! Le recueil de Cécile GUIVARCH, il s'ouvre sur la page 17 !

                                                                   Ma mère parle. Dans ma tête je voyage 

                        avec ses paroles. Ma mère ne prononce pas tous les mots comme les

                        autres mamans. Elle ne dit pas autoroute, mais aoutoroute.       Elle

                        me dit de mettre ma coulotte et mes guédasses.      J'aime bien son

                        accent.    Il chante.                Je suis super fière d'avoir une maman

                        espagnole.                 Ils l'appellent comme çà les copains de l'école

                        "l'espagnole".        Cela les intrigue,                    change d'une mère

                        normande.           Cela fait très exotique.     Ils me demandent sans

                        cesse de leur parler espagnol.                           Je parle une langue

                        étrangère.           Deux langues qui se mélangent  l'une dans l'autre.

                        Mon espagnol est aussi galicien.                   Pour moi c'est presque 

                        pareil.                 Je parle notre langue.