depuis 2005 | Une Amitié à l'Hélium | Armand Dupuy

[...]

 

VIII

 

il s’invente un langage avec trois pierres deux cailloux glissés dans la poche et quand il marche ça parle à l’intérieur et quand il court ça chante

 

IX

 

l’eau dans la gouttière prend sa voix de crécelle pour nous dire les secrets du matin

 

X

 

veine minérale comme une foudre s’abat sur ma terre et la fend jusqu’à l’os

 

XI

 

le front contre la pierre j’apprends ma leçon de nuit

 

XII

 

surprendre la conversation de l’épine et du barbelé lorsqu’ils se disputent le pré

 

XIII

 

la poésie c’est l’ignorance qui fait manger le savoir à la petite cuillère

 

XIV

 

anonymes sur un mur de la ville : " la vie n’existe que si vous la voyez " un graffiti comme un autre, effacé

 

XV

 

mamelles tendues comme des soleils trois vaches sous le cerisier fleurs de lait

 

XVI

 

boire le jour aux pis du soleil

 

XVII

 

dans leurs berceaux ils ne savent pas qu’ils voudront plus que la vie

 

XVIII

 

des nuages accrochent au ciel comme au cul de la poêle

 

XIX

 

un jour, une absence vient vous creuser le regard

 

XX

 

l’ombre d’une feuille morte barreau de prison glissait sur ta joue

 

XXI

 

j’avais des tentacules, il me fallait des racines

 

XXII

 

cette main viscérale qui agrippait mes mots… j’avais avalé le bâillon

 

XXIII

 

ce qui dans la voix n’est pas la voix ce qui parle de ne rien dire

 

XXIV

 

mordre au sourire-hameçon, l’air de rien

 

XXV

 

au coin du bois, mangé par une chanson

 

XXVI

 

les yeux fendus comme une tirelire de gosse un vieux rassemble les restes

 

XXVII

 

la mouette aligne son bec et l’horizon

 

XXVIII

 

gagner sa fatigue comme un rivage langue de brume

 

XXIX

 

Ps : (ré)inventer une langue à rebrousse-poil XXX la racine s’inverse efface sa trace rentre en son cœur craque sa terre puis s’élance comme un blanc peuplier s’arrime au ciel

 

XXXI

 

épuiser les images vider le sens et l’eau du bain encore une image pour laver les racines

 

XXXII

 

que la main se laisse pétrir par ce qu’elle saisit 

 

Armand DUPUY, 2005

 

 


 

Archives  de poèmes inédits préalables à la création  de 

L' Association Lyonnaise LA CAUSE DES CAUSEUSES

créée en  Février 2007

Amitiés de Lecture et d''Ecriture ciblées sur la Poésie