Contre 14/14 Lydie Salvayre & Serge Teyssot-Gay

Lydie SALVAYRE | CONTRE

[...]

Le pays est nickel Rachel

Nickel 

[...]

Un jour, j'haranguai les plus mornes, le ton

déclamatoire ne me faisait pas peur, j'avais

d'ailleurs quelques dispositions.

  Sortez de vos comas, leur dis-je, et revenez

à vous, vous n'êtes pas des veaux. C'est à

moi-même en vérité que je parlais et c'est moi

qu'ainsi j'exhortais.

  Vérifiez tout de même que vous n'êtes pas

morts. Passionnez votre vie. Accroissez votre

souffle. Ne vous conformez pas aux images

de vous. Cultivez savamment les méprises

savantes. Ouvrez vos bras. Fermez vos poings.

Refusez toute aumône. Ne cédez pas un pouce

à qui vous amenuise. Inventoriez vos forces.

Et dévouez-vous à vos colères, négligemment

ou dans la rage, selon les jours et votre

humeur.

 

  Dites assez rigolé. Dites je contre, je contre,

je suis contre

 contre les bras vengeurs, les féroces soldats, 

les armes, les armées, les marches au pas, les

marche-droits

 contre les lamentos, fussent-ils poétiques, les

coeurs sanguinolents, les harpes pathétiques, et 

la pitié, cette putain

  contre ce qui nous brise et que nous étreignons

  contre nos vies ployées

  contre les porcs qui les piétinent

  et les pouacres repus qui les broient

  contre les oreillers qu'on nous plaque sur la

gueule

  contre les promoteurs de paradis parfaits

  l'ordure parfumée

  contre la veulerie infernale des foules  

  contre ses ovations et ses retournements

  contre l'amer remords, les rancoeurs, les

  rancunes

  contre notre bêtise

  les enfants qu'on arme

  les traîtres qu'on lèche

  la mort qu'on s'inflige

  l'amour qu'on mesure avec parcimonie, une

dose et suffit !

  contre les sales servitudes devant quoi on se

courbe

  les laisses qu'on repeint de couleurs ado-

rables

  les rages étouffées qui se muent en poison

  les jolies paix promises auxquelles on feint

de croire

  contre les sifflements qui accueillent les anges

  contre tous les crachats jetés que la beauté

  contre les hargnes doctes et les joies fou-

droyées

  le bonheur qu'on extorque

  les faims réglementées

  l'espoir dont on se shoote

  contre ce qui affaiblit

  contre ce qui agenouille

  contre le rire hideux qui moque la bonté

contre la marque infâme que portent les 

paumés au revers de leur veste. Eject y est écrit

en lettres invisibles

  contre la pensée rase, la raison qui déssèche,

les logiques qui tuent 

  contre les chemins gris où nous sommes

poussés

  les journées à remplir

 à chier

  nos destins assurés par un courrier de choc

appelé Monsieur Chance

 contre les divertissements qui nous couvrent

de honte, cent me viennent à l'esprit

 contre l'aigle gravé au front des monuments

 contre les monuments voués aux morts pour 

rien

  contre les morts pour rien

   contre les oraisons fielleuses des dévôts

   le suaire glacé qu'ils posent sur la vie

   leur sainte queue

   leur coeur si pur

   contre ceux-là qui disent pureté avec un

couteau à la bouche

   contre ceux-là qui disent froid alors qu'ils 

n'ont jamais tremblé

   contre ceux-là qui disent contre alors qu'ils

n'ont jamais contré, dites contre, je contre, je

contre

 

Lydie SALVAYRE | CONTRE | minimales| Verticales 2002.