Avec le coeur,

Marie-Thérèse PEYRIN

La vie vers sa diffluence...

Pour Paola PIGANI 

 

Ils sont de plus en plus nombreux

Elles se succèdent sans discontinuer

Les êtres que l'on a connus ou

dont on nous parle s'éclipsent

au bout d'un âge ou d'une maladie

Leur vie se  reconstitue par bribes

des copeaux dépareillés de mémoire

échangés entre vivants lors des obsèques

Ce qu'ils représentent pour chacun, chacune

est impossible à rassembler

les mots tombent

dans l'air trop lourd

tels des gouttes de plomb

sur du béton 

Personne ne peut les ramasser

à voix nue

Il faut attendre un peu

et recommencer

la litanie des regrets

l'enfouir sous la joie

de vivre encore 

dans les souvenirs 

heureux imputrescibles

inéchangeables

avec la désolation

du jour