L'Abandon des sources | Guylaine CARROT

L'Abandon des sources. Haute-Loire
Recueil de photographies et de textes avec 19 écrivains et poètes. Préface de Marie-Ange Sebasti. Jacques André éditeur. Collection la marque d'eau, 2012, 71 pages

Préface
Toutes les traces d’un terroir aimé nous importent. Si elles signifient l’oubli et la perte, elles indiquent les chemins suivis par ceux qui nous ont précédés, elles ressuscitent des pas, des voix, et des gestes qui semblent nous être adressés.
Guylaine Carrot les saisit en traquant obstinément l’abandon et, dans ce bel ensemble de photographies dédié à la Haute-Loire, elle dévoile avec nostalgie ce qui stagne et ce qui s’effondre, ce qui verdit et ce qui rouille, ce qui nous sépare de nos sources.
Elle a offert ces images douces-amères à dix-neuf poètes comme à des sourciers capables de réveiller l’eau vive. Leurs mots au fil des pages accompagnent les bêtes à l'abreuvoir claquent comme les rires des femmes au lavoir, restaurent l’escalier et le toit, débroussaillent les voies, réchauffent les pierres, et font sortir les villageois de l’enclos des morts. Marie-Ange SEBASTI


Avec les plumes de 
Claude ANDRUETAN 
Valérie CANAT DE CHIZY 
Antoine CARROT 
Georges CHICH
Roger DEXTRE 
Patrick DUBOST 
Paul GRAVILLON 
Georges HASSOMÉRIS 

Françoise G KAYSER 
Jean Yves LOUDE
Geneviève RAPHANEL 
André ROCHEDY 
Thierry RENARD 
Rouba SABA HABIB
Jean-Christophe SCHMITT
Jean-François SCHMITT 
Marie-Ange SEBASTI
Joël VERNET
Alain WEXLER 


Commander l'ouvrage sur le site de l'éditeur (25€)
Télécharger le bon de commande papier à retourner à l'éditeur
 
Des Minguettes à Lapte : un retour aux sources pour Guylaine Carrot, leprogres.fr, 08/10/2012 

Recension de Valérie Canat de Chizy, dans la revue Verso 
"Guylaine Carrot a photographié des lieux de la Haute-Loire de son enfance tombés dans l’abandon et l’oubli. Elle a ensuite demandé à dix-neuf poètes d’écrire sur ces photographies pour accompagner la mémoire de ces lieux, donner vie à l’invisible. Ainsi, sous la plume de Marie-Ange Sebasti, de l’eau recouverte de branches et de vase d’un ancien lavoir surgissent les Doigts têtus, malhabiles […] Volés aux mains / des dernières laveuses. Ce livre témoigne de la richesse du partage et de l’échange ; les textes redonnent vie aux ruines, aux tombes enfouies sous la végétation, aux voies ferrées abandonnées. Il y a une forme d’intemporel dans ces images, qui invitent à la contemplation, à la connexion avec une source cachée. Parmi les poètes présents, citons entre autres, Claude Andruetan, Valérie Canat de Chizy, Antoine Carrot, Georges Chich, Patrick Dubost, Georges Hassoméris, Geneviève Raphanel, Marie-Ange Sebasti, Alain Wexler. L’étoile a retrouvé la mer. / Patience… / L’horloge te dira la finitude / et la beauté. (Jean-François Schmitt). J’ai beaucoup aimé ce livre, que je vous recommande.
"